[Avis] Laughter in the End of the World, un one-shot démoniaque!

Le manga est un média de plus en plus populaire, ce n’est plus à prouver, il suffit de savoir que la France est le deuxième pays consommateur de ce genre d’œuvre. Qui plus est, nous sommes dans une époque ou nous avons la chance de voir de plus en plus de maisons d’éditions naître, et ces dernières nous permettent de profiter de manga bien moins connu du grand public.

C’est sur ce postulat, de vouloir faire connaître des œuvres peu connues mais pourtant excellentes qu’est né Shiba Édition.

Shiba Édition a été créé en 2018 par «Ligne Claire» qui est une librairie à Mons en Belgique, tenu par Laurent Schelkens. La librairie a vu le jour en 1986, par monsieur Michel Schelkens.

Laurent Schelkens a décidé de lancer Shiba Édition, par passion envers les mangas et surtout pour pouvoir faire profiter de tout un tas d’œuvres qui ne sont pas encore publiées en France.

C’est ainsi qu’ils ont décroché leur première licence au près de Shogakukan.

Laughter in the End of the World est un manga, écrit et dessiné par Yellow Tanabe et donc publié chez Shiba Édition en France et en Belgique. L’histoire est développée sur un seul tome et sort le 25 mai 2019.

Il faut savoir qu’un Ulule a été lancé pour pouvoir financer la création et l’impression de ce manga, autant vous dire qu’il a été financé avec succès ! Car il a dépassé toutes les attentes pour finalement se terminer avec 363% par rapport à son objectif initial !

Je tiens d’ailleurs à remercier sincèrement Shiba Édition de me faire confiance pour leur premier manga édité, car c’est bien grâce à eux que je peux vous proposer cet avis aujourd’hui !


À une époque où les ténèbres ont envahi le monde et l’ont précipité vers sa chute, des êtres qu’on appelle « démons » vivent haïs de tous…
Sont-ils venus apporter l’espoir ou la ruine dans le monde ?! Dans une ville bouleversée par l’apparition successive de deux démons, le rideau se lève sur la fin qui approche !!

Laughter in the End of the World commence par nous présenter l’univers dans lequel se déroule l’histoire, nous proposant une prophétie, faisant appel à un démon blanc aux 101 bouches. Comme toute bonne prophétie, celle-ci finit par se réaliser et plongea le monde dans les ténèbres. Après 7 jours de bataille acharnée, les descendants des prophètes brandirent leurs épées de lumières et réussirent à vaincre le démon.

Cependant, le démon blanc donna naissance à des milliers d’autres démons. Il s’avère que ces autres démons, étaient en réalité auparavant des êtres humains. C’est avec un démon en particulier que notre histoire commence.

Ce dernier arrive dans une ville, visiblement en proie à un autre démon, qui terrorise la citadelle. Il propose son aide, contre de l’argent, en promettant qu’il vaincra l’oppresseur, car il est un mangeur de démon.

S’ensuit tout une quête, où notre héros, accompagné de sa petite sœur répondant au nom de Haru, vont se renseigner sur le despote de la ville. Ils rencontreront des villageois mais aussi un homme d’Église, qui nous en apprendra plus sur le passé de ce monde.

Et je n’en dirai pas plus, simplement pour que vous puissiez découvrir cet excellent manga ! Car oui, je vais mettre les choses au clair tout de suite, ce manga est vraiment très bon ! L’histoire est prenante et encore maintenant je me demande pourquoi s’être arrêté à un seul tome ?!

Il y avait tellement de possibilité, que l’auteur aurait pu vraiment tenir son histoire sur plusieurs parties et surtout creuser bien plus dans la mythologie de ce monde. Plus j’avançais dans l’histoire, plus je me demandais comment Yellow Tanabe allait la conclure et finalement, elle fait ça tout naturellement, bien que je ne vous cache pas une certaine frustration quant au fait de vouloir une potentielle suite ! Mais d’un sens ce n’est pas plus mal, cela nous permet d’imaginer ce que pourraient donner les aventures du démon et de sa sœur !

Un autre point où Tanabe excelle, c’est bien sûr les dessins et sur la mise en scène de ses planches ! Le chara-design est vraiment soigné, tandis que les scènes de combat et de discussion y sont claires et travaillées. Nous sommes bel et bien dans un style shonen dans toute sa splendeur, mais avec un peu truc en plus, ce qui le rend vraiment unique.

Je pense savoir pourquoi cette œuvre n’avait pas été édité auparavant en France, sans doute par le fait que ce soit un one-shot alors que l’on pourrait avoir une série totalement dantesque. Mais le choix qui a été fait par Tanabe se doit d’être respecté, tout comme son travail et pour cela on peut remercier Shiba Édition d’éditer un tel manga !

D’ailleurs cela me permet de rebondir sur la qualité du produit, qui est totalement folle ! Pour un premier manga, d’une si jeune maison d’édition, c’est un sans faute ! Le papier utilisé est épais juste ce qu’il faut, pour éviter d’avoir trop de transparence. La qualité de la couverture et surtout de l’impression sont très propre. Clairement nous sommes là avec une maison d’édition qui sait ce qu’elle fait, on ressent un véritable amour envers le média et surtout beaucoup de respect, aussi bien pour l’auteur que pour le lecteur !

C’est exactement pour ce genre d’œuvre que j’écris sur ce blog. Des œuvres très peu voire pas du tout connu, mais qui pourtant possède un profond potentiel et un véritable respect pour le spectateur, ne le prenant ainsi par pour un idiot et lui proposant une véritable histoire avec un propos de fond.

Laissez-vous tenter par les œuvres qui ne sont pas tendance. Laissez-vous tenter par l’inconnu. Laissez-vous tenter par ce qui ne serait normalement pas votre style et parfois, vous tomberez sur de très bonne surprise, qui vous toucheront bien plus que de raison.

2 thoughts

  1. Merci pour ton avis, qui est très complet. Tu vas même jusqu’à parler de la qualité de l’édition en elle-même, ce qui est très appréciable pour se faire un avis. Ton amour de l’objet (que ce soit un livre ou une édition boîte de jeu) est communicatif. Les one-shot ont tout de même bien des avantages même s’il peut être frustrant de ne pas voir l’histoire être plus développée.

    1. Merci à toi pour ce commentaire ! Effectivement j’ai un amour inconsidérable pour l’objet entant que tel. Je porte peut être trop d’attention envers le matérialisé, mais je trouve qu’il reste important d’avoir une matière entre les mains !
      Il est vrai que cela permet de ne pas partir trop loin grâce aux One Shot, et être déçu d’un final trop attendu.. ! C’est pour cela que j’ai apprécié la totalité de ce manga ! 🙂

Laisser un commentaire